jeudi 13 juillet 2017

Légumes d'été aigres-doux aux raisins

C'est une recette que j'aime bien faire lorsqu'il commence les températures (re)commencent à monter et que les envies de repas frais se font sentir. Bien qu'elle nécessite d'allumer le four, comme elle se prépare à l'avance, on peut profiter des heures encore fraîches du matin pour la préparer et laisser ensuite mariner tranquillement au frais. Comme ça le soir, y a plus qu'à ce mettre les pieds sous la table, ce qui est toujours appréciable lorsque l'on rentre tout dégoulinant chez soi.
L'avantage aussi, c'est que ce mode de préparation est finalement adaptable à pas mal de légumes de saison. J'utilise le plus souvent des courgettes avec comme ici du fenouil, mais on peut aussi y mêler des aubergines, des poivrons (si on aime ça), des oignons ou des échalotes (éventuellement en version crue si vous les tolérez). De même au niveau des épices : j'utilise habituellement du thym, mais herbes de Provence, marjolaine ou romarin marchent très bien aussi. Et pourquoi pas du cumin (entier ou moulu) ou même du curry ? Dans ce cas, l'ajout de quelques olives vous donne un plat plein de saveurs.... Bref, laissez parler votre imagination (et votre réfrigérateur....).
Pour 3-4 personnes :
  • 3 petites courgettes
  • 1 bulbe de fenouil
  • 2 c. à s. de raisins secs
  • quelques brins de thym
  • 10 cl de vinaigre de cidre
  • 1 c. à c. de sucre
  • 2 c. à s. de graines de tournesol

Mettre les raisins à gonfler dans un petit peu d'eau chaude.
Couper les courgettes en rondelles et le fenouil en lamelles.
Faire revenir les légumes dans une poêle avec un peu d'huile d'olive.
Etaler la moitié des légumes dans un plat à four, saupoudrer d'un peu de thym, de sel et de poivre. Recouvrir de la seconde couche de légumes et assaisonner à nouveau.
Verser le vinaigre et le sucre dans la poêle et faire cuire à petits bouillon une minute. Verser sur les légumes.
Enfourner le plat à four à 180°C pour une dizaine de minutes.
Faire toaster les graines de tournesol à sec dans une poêle.
Sortir le plat du four, ajouter les raisins secs, mélanger et laisser mariner 2 à 3 heures au frais. Servir saupoudré des graines de tournesol toastées.

Variantes : Selon les envies et le contenu du panier de légumes, on peut aussi remplacer le fenouil par des aubergines ou une ou deux courgettes supplémentaires.
Vous pouvez aussi ajouter des oignons (en particulier des oignons rouges) ou des échalotes, cuits ou crus selon votre goût.
Rendez-vous sur Hellocoton !

A Berlin (partie II)

La suite du récit de mon escapade à Berlin. Pour la première partie, c'est ici.
Cour berlinoise

Vendredi 

Le temps est toujours maussade, mais la pluie a perdu de la vigueur dans la nuit. Elle a même daigné s'arrêter vers les trois heures du matin, et fait maintenant place à de petites bruines intermittentes.
Pour déjeuner, nous décidons de tester une autre enseigne emblématique de la scène végane berlinoise : Soy, un restaurant de cuisine vietnamienne entièrement végétale. Situé au coin de la Rosa Luxemburg Platz, l'endroit est bondé lorsque nous arrivons mais heureusement, nous n'avons pas à attendre trop longtemps avant qu'une table se libère. Difficile de faire un choix dans la carte riche où tout semble attirant... J'opte finalement pour une crêpe vietanamienne garnie de seitan, tofu et petits légumes, tandis que Marie se décide pour des légumes sautés et une brioche vapeur aux légumes.
En sortant du déjeuner, le plan initial était d'aller faire un petit tour au DDR Museum, le musée de la RDA, mais découragées par la queue, et à la faveur d'une éclaircie, nous décidons à la place d'aller flaner dans les Hackesches Höfe, série de petites cours art nouveau abritant cafés, concepts store et boutiques, galeries,...
Hackesches Höfe
Nous rejoignons ensuite une amie qui nous fait découvrir les trésors cachés de Wedding, dont sa superbe bibliothèque, située dans d'anciens thermes.

Les adresses du jour :
Soy, Rosa-Luxemburg-Straße 30, Berlin-Mitte (ne faites pas comme nous, réservez ! c'est possible en ligne)
Hackesches Höfe, entrée par la Rosenthaler Straße ou la Sophienstraße, Berlin-Mitte
Bibliothek am Luisenbad,Travemünder Straße 2/ Ecke Badstraße, Berlin-Wedding

 Samedi

Aujourd'hui, c'est le quartier de Prenzlauer Berg qui est dans notre viseur. On débute par un superbe Frustückbuffet au Café Morgenrot. Ce dernier est géré par un collectif et propose le week-end un buffet entièrement bio et végétarien, voir végétalien. Leur concept est assez intéressant : le prix est libre dans une fourchette de plus ou moins 3 €. C'est-à-dire que le prix de revient du Fruhstücksbuffet est de 10 € (boisson non comprise), mais chacun choisi de payer entre 7 et 13 €, selon ses moyens. Ceci dit, pour la variété des plats proposé et leur qualité, même 13 €, ça reste une bonne affaire!(n'oublions pas que tout est bio!). Pour vous donner une idée, nous avons pu nous composer de belles assiettes de tofu brouillé, salade de brocolis râpés, salade de carottes, tartinade aux herbes, tartinade de faux thon, salade de haricots verts au tofu fumé, tofu au curcuma, le tout accompagné de pain. Côté sucré, nous avons opté pour de la salade de fruit et un bout de carrot cake, peu tentées par le pudding et les différentes pâtes à tartiner sucrées aussi proposées.  

Petit aperçu de nous assiettes du Frustückbuffet

Une fois restaurées, nous nous dirigeons en flânant vers le marché de la Kollwitzplatz. L'ambiance est beaucoup plus chic et familiale qu'au marché turc, avec des stands de producteurs, des fleuristes, des créateurs... A noter que le jeudi, le marché est entièrement bio.
Fleuriste au marché de la Kollwitzplatz
Le temps se faisant de plus en plus menaçant, nous trouvons refuge au café Kauf Dich Glücklich qui nous a été chaudement recommandé pour ces gauffres véganes. Une fois sur place, nous optons cependant pour des glaces, dont un fameux sorbet au chocolat. Là encore, aucun problème pour obtenir sa boisson avec du lait végétal. J'opte pour ma part pour un Caro-Macchiato au lait d'avoine, c'est-à-dire un café macchiato à base de café de malt d'orge.
Le fameux Caro-Macchiaoto et son sorbet au chocolat
Je rejoins ensuite une amie berlinoise à la Hermannplatz. Horrifiée par le fait que je ne connaisse pas encore Neukölln, elle m'embarque pour un tour dans ce quartier. La pluie se met de la partie, et nous traversons donc un Volkspark Hasenheide désert et longeons un Tempelhofer Park tout aussi vide. Cet ancien aéroport, délaissé par les avions est devenu en 2010 un parc ouvert au public. Selon mon amie, la foule s'y presse d'habitude, notamment pour faire des barbecues en été. Là, entre le ciel plus que menaçant, les anciennes pistes d'aterissage désertes et les énormes flaques d'eau, l'atmosphère est presque surréaliste, on se croirait emporté tout droit dans le décor de ces films un peu glauques sur l'Allemagne de l'Est...

Les adresses du jour :
Café Morgenrot,  Kastanienallee 85, Berlin-Prenzlauer Berg, Frustücksbuffet : vendredi, samedi, dimanche de 11h à 15h
Kauf Dich Glücklich, Oderberger Str. 44, Berlin-Prenzlauer Berg
Volkspark Hasenheide
Tempelhofer Park

Dimanche

Le dimanche à Berlin, on ne peut déroger à l'incontournable Flohmarkt de Mauerpark ! Pour en profiter sans avoir à jouer des coudes pour accéder aux stands, mieux vaut venir tôt (enfin, tout est relatif, à Berlin, 11h, c'est l'aube, cela commence vraiment à se remplir vers 13h). Dans cet espèce de grand parc tellement peu entretenu qu'il s'apparente plus à un terrain vague se cotoyent allègrement petits créateurs, particuliers qui viennent vendre leur trésors et brocanteurs professionnels. Malgré le temps incertain, les Berlinois (et les touristes) sont de sortie et il y règne cette ambiance décontractée et bordélique typique de Berlin.
L'entrée du Flohmarkt de Mauerpark
Peu tentées par les propositions pourtant plétoriques de restauration sur place (mention spéciale tout de même aux Curry wurst bio et véganes) et en quête de quelque chose d'un peu plus sain qu'une saucisse à se mettre sous la dent, nous retournons un peu sur nos pas dans la Eberswalder Strasse. Attirées par une alléchante proposition de Frustück Bowl, nous notre choix se porte sur le petit café Linnen. Ce dernier s'avère pourtant décevant avec des portions un peu chiches et des prix relativement élevés pour Berlin (on peut pas avoir de la chance à chaque fois!). 
Surprise encore une fois par la pluie et quelque peu fatiguées et découragées par le temps, nous décidons de rentrer. Nous avons la surprise sur le chemin du retour de découvrir sur la Leopoldplatz un petit marché de créateurs (poterie, mode pour enfant et adulte...).

Les adresses du jour :
Flohmarkt de Mauerpark, entrée Eberswalder Straße
Linnen , Eberswalder Str. 35, Berlin-Prenzlauer Berg  (qu'on ne vous conseille pas particulièrement)

Lundi

Pour ma dernière matinée à  Berlin (Marie, la veinarde, restant quelques jours de plus), je décide d'aller faire un tour du coté de la Oranienstrasse, voir la Nouvelle Synagogue et les Heckmann Höffe.
Heckmann Höffe
Profitant du beau temps, je déambule un peu dans le quartier (l'occasion de faire des repérages pour mon prochain voyage!). Puis c'est déjà la fin et je prend le bus pour l'aéroport, l'occasion de voir pour la première fois de la semaine les rues de Berlin sous le soleil!

Les adresses du jour :
Neue Synagoge, Oranienstr. 28, Berlin-Mitte
Heckmann Höffe, Oranienstr. 32, Berlin-Mitte


Et vous, connaissez-vous Berlin? y avez-vous des adresses favorites?



Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 9 juillet 2017

A Berlin (partie I)

La semaine dernière, avec Marie, nous nous sommes offert une petite escapade à Berlin entre amies. L'idée était de de visiter nos amis expatriés, de tester les glaciers véganes, de bronzer au bord du Wannsee, de trainer dans les rues et de s'imprégner de l'atmosphère si particulière de la ville. Nos objectifs ont été un peu compromis par le temps qui s'est avéré plutôt hostile ces jours-là. On a quand même eu droit à la tempête de pluie, aux rues inondées et aux transports bloqués.  Autant vous dire que l'ambiance était plus ciré et bottes de pluie (que nous n'avions pas) que bronzette en terrasse! Mais du coup, on a aussi pu découvrir la ville sous un autre jour, presque surréaliste. Comme me le faisait remarquer mon amie A., berlinoise pur souche, ce n'est pas tout les jours que l'on voit l'ancien aéroport de Tempelhof entièrement vide. Nous avons malgrés tout réussi à réaliser une partie de notre programme et à profiter de ces quelques jours...
Heckmann Höffe
Nous avions loué une chambre pas Airbnb dans un appartement dans le quartier de Wedding, au nord-ouest de Berlin. Encore relativement populaire, c'est paraît-il LE quartier qui monte (mais on avoue, on a surtout choisi parce que c'était pas cher!). C'est vrai que l'ambiance est bien agréable, où bouboui turcs côtoient dm et magasins bio. Nous avions opté pour la formule Airbnb afin de pouvoir avoir accès à une cuisine et nous préparer nous-même certains de nos repas. Cependant, en bonnes foodistas que nous sommes, nous avons tout de même testé des tonnes d'adresses véganes/végétariennes/...
Le plus souvent, nous déjeunions dehors et dinions "à la maison". Si l'offre de magasins bio est pléthorique (normal en Allemagne), nous avons été plus que déçues par l'offre en fruits et légumes de ces derniers. Outre la difficulté à trouver des produits locaux, la qualité n'était pas au rendez-vous, et nous nous sommes retrouvées avec des poivrons sans saveur, du melon sans goût et des kiwis fadasses. Un comble pour des produits bio!

Boissons au marché turc
A noter : Marie et moi avions toutes deux déjà visité Berlin, et notre objectif n'était clairement pas de faire un marathon des spots emblématiques (au contraire). Autre chose à prendre (peut-être) en considération, nous parlons toutes les deux couramment allemand pour avoir vécu quelques temps en Allemagne et n'avons donc rencontré aucune difficulté à nous repérer, nous orienter et à nous faire comprendre. Cependant, la plupart des Allemands parlant (très bien) anglais, voir français, ne pas connaître l'allemand n'est pas un obstacle à une belle expérience! Et de toute manière, vous verrez, Berlin est bourré de Français (ce qui n'a pas manqué parfois de nous énerver...).
Ne jamais sous estimer le potentiel hype de la langue française (voiture de livraison d'un restaurant dans Prenzlauer Berg)

Allez on passe au petit compte rendu en images....

Mardi

Le temps, sans être radieu, n'est pas encore trop menaçant, et nous mettons le cap sur le marché turc, à la frontière entre Kreuzberg et Neukölln.
Si vous aimez les ambiances un peu métissées vous êtes au bon endroit : fruits et légumes à des prix défiant toute concurrence (on préfère pas savoir d'où ils viennent), falafels et pains turcs, fruits secs et épices se mêlent aux étals de tissus, avec parfois ça et là le stand d'un petit créateur berlinois.
C'est le moment où jamais de faire le plein d'olives goûteuses, de câpres à queue, de houmous ou même de dattes Medjool bio à 10 € le kilo! En guise de déjeuner, nous nous régalons (assises par terre comme de vraies berlinoises) d'une assiette végétarienne turque mélant râgout de légumes (aubergines, poivrons,...), haricots plats aux tomates, pommes de terre et salade.
Ensuite, direction Kreuzberg pour une petite flanerie dans la Bergmannstraße puis la Urbanstraße où nous découvrons une superbe boutique de produits écolos, Tranquillo, avec un grand rayon vêtement en coton bio à des prix tout à fait abordables.
Dans la Bergmannstraße
On ne pouvait manquer de faire passage au Marheinecke Markthalle, petit marché couvert qui abrite notamment à l'étage une des boutiques Veganz. Il s'agit d'une chaine de supermarchés qui propose, comme son nom l'indique, uniquement des produits alimentaires véganes. La société commercialise aussi sous sa propre marque des produits véganes (essentiellement des bonbons, snacks, protéines en poudre...) dans les magasins traditionnels. Personnellement je connaissais déjà la marque, et j'ai toujours été mal à l'aise avec leur positionnement. Ils jouent beaucoup sur l'image santé, sain et naturel, et sur la confusion entre bio et végane. On retrouve un peu la même impression dans ce supermarché qui mêle sans distinction produits de marques bio "classiques" (Taifun, Soy...), des produits de leur propre marque (non bios) et tout une série de similis carnés étrangers non bio à la composition longue comme le bras... Un bon point cependant : c'est l'un des rares magasins à proposer du vrac sur certains produits comme les fruits secs, les oléagineux...
Si petit marché est assez plaisant, après l'ambiance métissée du marché turc, le lieu nous semble manquer un peu d'authenticité.
Petite pause dans un café turc pour une limonade maison et un cappuccino (au lait de soja, nartürlich, car c'est ce qu'il y a de bien à Berlin : il est possible dans quasi tout les cafés de commander Milchkaffee, Kappucchino, Kakao et autres délices lactés au lait végétal - parfois moyennant un petit supplément toutefois-).
Retour dans  nos pénates, épuisées par cette première journée.

Les adresses du jour :
Tïrkenmarkt, Maybachuferstr., mardis et vendredis, 11h - 18h
Marheinecke Markthalle, Marheinekeplatz 15, Berlin- Kreuzberg, lundi-vendredi 8h - 20h et samedi 8h - 18h
Tranquillo, Bergmannstr. 101, Berlin-Kreuzberg (autres boutiques à Friedrichshain -Gärtnerstraße 5 - et à Prenzlauer Berg - Schönhauser Allee 122 -)

Mercredi

Le temps semble au beau fixe, et c'est pleines d'entrain que nous partons à la découverte de Friedrichshain et des abords de la Warschauer Strasse.
Nous nous posons pour déjeuner dans l'un des temples de la hype, The Bowl, "Das erste Clean-Eating-Restaurant in Berlin", un restaurant entièrement végane et sans gluten. Il est situé au-dessus de l'enseigne principale de Veganz à Berlin.
Le jour où nous y sommes allées (en pleine semaine, d'accord),on pouvait compter les personnes de sexe masculin sur les doigts d'une main. Le clean eating  vegan gluten-free serait-il un truc de fille??
Smoothie "Incredible Hulk" et Salad bowl
En tout cas, nous nous sommes régalées d'un smoothie vert bien nourrissant (avocat, citron, germe de blé, spiruline, matcha, gingembre dattes et épinards) et d'un Salad bowl pour ma part, d'un smoothie Purple Haze (myrtilles, hibiscus, banane, dattes, graines de chanvre et lait riz-amande) et d'un Falafel Bowl contenant de superbes falafels à la betterave pour celle de Marie.
Smoothie "Purple Haze" et Falafel bowl
Les portions sont bien servies et c'est repues que nous repartons du coté de la East Side Galery. Il s'agit d'un morceau du mur de Berlin, redécoré en 1990 par une centaine d'artistes de plus de 20 pays différents. C'est donc un véritable musée à ciel ouvert, une fresque géante de street art où l'on peut notamment admier le célèbre Bruderkuss entre Erich Honecker et Leonid Brejnev. Bon, je dois l'avouer, le street art c'est pas trop ma tasse de thé (un peu ça va, sur 1,3 km moyen), d'autant qu'en tant que lieu assez emblématique de Berlin, la galerie est assaillie de touristes se prennant en photo devant un bout du mur. Un peu énervées par cette foule, nous nous sommes éloignées de la foule pour nous enfoncer dans le Friedrichshain profond vers la Boxhagener Platz .

Boutique de laine Wollen Berlin (Gärtnerstr. 32, Berlin-Friesrichshain)
Surprises par la pluie, nous trouvons refuge dans un petit Eiskaffee de la Simon-Dach-Str. qui ne payait pas de mine, mais où j'ai dégusté un délicieux sorbet au chocolat.
La pluie enfin calmée, nous relions la Alexanderplatz pour une petite flanerie aux Galeria Kaufhof, sorte de Bon Marché allemand.

Les adresses du jour :
The Bowl, Warschauer Str. 33,  Berlin-Friedrichshain
East Side Galery, Mühlenstr., Berlin-Friedrichshain

Jeudi 

C'est la pluie qui nous réveille ce jour-là, et qui, tombant sans discontinuer toute la matinée nous dissuade de sortir.
L'après-midi, à la faveur d'un éclaircie, je décide d'aller faire un tour dans le Nikolaï Viertel, quartier pseudo ancien entièrement reconstitué dans les années 80 pour le 750ème anniversaire de Berlin. Las, à peine sortie du U-Bahn, les foudres du ciel s'abattent sur moi, et le temps de faire trois pas je suis déjà trempée comme une soupe. Je n'ai d'autre choix que de me réfugier dans un petit café, où j'essaie tant bien que mal de me sécher et d'oublier ma misère devant un cappuccino au lait d'amande. De ma banquette, je peux contempler la place déserte, parfois traversée par quelques courageux osant braver la pluie et le vent.
Oui la photo n'a pas de rapport, mais vu le temps je n'avais pas trop envie de sortir mon appareil!!
Une fois (à peu près) remise de mes émotions et (à peu près) sèche, je me décide à faire un petit tour dehors, me réfugiant dans les magasins lorsque la pluie se fait vraiment trop forte. C'est ainsi que je découvre un petit magasin de vêtements et accessoires tout mignons, une librairie spécialisée en théologie... De saut de puce et saut de puce,  je réussi cahin-caha à rallier l'Alexanderplatz pour prendre le U-Bahn qui me ramènera à Wedding.

La suite au prochain numéro...



Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 2 juillet 2017

Cookies au chocolat et aux olives

Je ne sais plus où j'ai trouvé cette idée de cookies au chocolat et aux olives. Il me semble que c'était dans une interview d'un grand chef mais comme je me souviens plus lequel ni où je l'ai lu, ça ne nous avance pas beaucoup... Ceci dit, j'ai tout de suit aimé l'idée et je l'ai gardé dans un coin de ma tête pour la tester (vous commencez à connaitre mes penchants pour les associations bizarres).
J'ai apporté ces cookies lors d'un pique-nique partage, et j'ai reçu plein de compliments (ou alors mes amis sont très très polis). Pourtant j'y suis allée un peu en tremblant, me demandant si cela allait vraiment plaire... J'avoue que moi aussi j'été prise d'un doute avant de croquer dans la première bouchée. Au final pourtant, l'association n'est pas des plus habituelles ( je dirais même franchement inhabituelle), mais elle fonctionne vraiment bien. Je vous conseille vivement de dépasser l'appréhension première et de tester!
N'ayant pas vraiment de recette de cookies "de base" que je customise, comme pour les muffins ou les cakes, je me suis inspirée pour la pâte de la recette de Marie Chioca. J'aimais le coté pratique de tout mettre dans le mixer et hop c'est plié, mais comme mon mixer n'était pas assez grand, cela a n'a pas vraiment marché et j'ai du finir la pâte à la main.... Si vous voulez tenter sa méthode, n'hésitez pas à procéder en deux fois (ou à vous assurer que votre mixer est assez grand). 
Pour une vingtaine de cookies :
  • 60 g de flocons de céréales
  • 130 g de farine 
  • 1 pointe de bicarbonate de soude
  • 50 g de sucre
  • 7 cl d'huile de coco fondue
  • 5 cl d'eau 
  • 100 g d'olives noires
  • 80 g de chocolat noir (min. 70%)
Faire chauffer le four à 180°C (th 6).
Dénoyauter les olives et les couper grossièrement. Les étaler sur une plaque à four et les faire sécher au four 20 à 30 minutes.
Pendant ce temps, mélanger la farine, les flocons d'avoine, le sucre et le bicarbonate.
Hacher grossièrement le chocolat.
Récupérer les olives, les incorporer au mélange sec avec le chocolat.
Verser dessus l'huile de coco fondue puis l'eau et mélanger pour obtenir une pâte.
Former des boules de la taille d'une noix et les écraser sur une plaque recouverte d'une feuille anti-adhésive.
Enfourner pour 10 minutes. Eteignez le four et laisser cuire encore 4 minutes.
Sortir du four et laisser refroidir.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 27 juin 2017

Tartelettes simplissimes aux abricots et à la vanille

Les choses les plus simples sont parfois les meilleures... C'est pourquoi je vous livre ici la recette de ces petites tartelettes toutes basiques, 100 % pur fruit, sans ajout de crème ou autre garniture. A vrai dire, c'est tellement simple que j'ai un peu hésité à publier cette recette. Après tout, on se contente de poser des abricots sur une pâte à tarte, pas de quoi casser trois pattes à un canard. Mais bon, je me dis que de temps en temps, c'est bien aussi de vous donner des petites recettes toutes simples faciles à caser dans votre emploi du temps surchargé, pour vous régaler sans y passer des heures. Il faut dire que cela ne se voit peut-être pas, mais en matière de cuisine je suis un peu adepte du "moins j'en fait, mieux je me porte". Tout ce qui ne me semble pas strictement indispensable, je zappe : j'épluche pas les légumes (bah non, ils sont bio, ça sert à rien), je ne graisse pas les moules (y a de la graisse dans la pâte, donc le plus souvent ça n'accroche pas), ... Feignante moi? pas du tout :)
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 22 juin 2017

Bol petit déjeuner bonne mine (porridge coulis betterave-framboise)

Ceux qui  me connaissent le savent, je voue un véritable culte à la betterave rouge (et au vinaigre balsamique). Et le petit déjeuner est mon repas préféré. Alors quoi de plus naturel que de réunir mes deux passions dans la vie dans un bol de petit déjeuner qui fait la part belle à mon amie la betterave rouge ? Plus que petit déjeuner bonne mine, j'aurais peut-être dû le nommer petit déjeuner bonne humeur ou petit déjeuner énergie. Car je sais pas pour vous, mais moi, commencer la journée par un porridge aussi coloré, ça me donne la pêche et ça me met de bonne humeur!



Pour 1 personne :
  • 2 c. à s. de flocons de céréales (ici avoine et sarrasin)
  • 1 c. à s. de son d'avoine
  • 15 cl de lait végétal
  • env. 50 g de betterave
  • env. 10 framboises
  • 1 poignée de graines et/ou oléagineux au choix (ici, courge) ou de noix de coco râpée

Préparer le porridge : La veille au soir, mélanger les flocons de céréales, le son d'avoine et le lait végétal. Laisser gonfler toute la nuit.
Préparer le coulis : Si vous utiliser de la betterave crue, la couper en petits morceaux et la faire cuire dans un peu d'eau 10-15 minutes.
Placer la betterave cuite et les framboises dans le bol du mixer, ajouter un tout petit peu d'eau et mixer pour obtenir un coulis épais. (Si vous vous sentez d'humeur, passez-le pour enlever les petits grains de framboise).
Sortir le porridge, ajuster la consistance en rajoutant au besoin un peu de lait végétal. Verser le coulis betterave-framboise par-dessus, saupoudrer au choix de graines ou oléagineux ou noix de coco râpée (ou un mix des trois !) et déguster.

Note : En fonction de votre goût et du lait végétal utilisé, vous pouvez rajouter un peu de sucre, de sirop de riz, de blé ou d'agave pour édulcorer le porridge.



Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 19 juin 2017

Pour des glaces express

Bon, je ne vais pas faire genre je suis originale, puisque si vous suivez un tant soi peu l'actualité de la blogosphère écolo/vegan/"healthy", vous n'avez pas pu passer à coté de ces glaces à base de bananes congelées. C'est pourquoi j'ai longuement hésiter à rédiger cet article. Après tout, des recettes de "banana ice" ou de "nice cream", vous en trouverez partout et ne nous leurrons pas, une fois que vous en avez fait une, c'est bon, vous avez compris la technique! Pourtant, je résume ici mes petites découvertes.
Version framboise, saupoudrée de granola et de noix de coco

Toutes les recettes que j'ai pu voir à ce jour utilisent des bananes "classiques", des bananes-fruits toutes bêtes. Et pour l'avoir testé ainsi, c'est vrai, on obtient une glace onctueuse. Mais pour une glace encore plus onctueuse, ma petite astuce perso, c'est d'utiliser des bananes plantains mûres au lieu de bananes classiques. En effet, (chose que j'ai découvert il y a peu), les bananes plantains ne se consomment pas seulement cuites, mais elles peuvent aussi être mangées crues, à condition de les laisser mûrir suffisamment. Les bananes plantain que l'on trouve le plus souvent en magasin sont le plus souvent vertes et dures, et là, en effet, pour les consommer il faut les faire cuire, mais si on les laisse à l'air libre (plus ou moins volontairement) une petite dizaine de jours, elles jaunissent, noircissent et ramollissent et on peut alors les déguster telles quelles. J'avoue que cette découverte a un peu été une révélation pour moi, car j'adore les bananes plantains. Dégustées de cette façon, on retrouve le goût bien particulier des bananes plantain, que j'affectionne particulièrement avec une texture un poil plus "consistante" que pour les bananes-fruits classiques. En plus, il paraîtrait (mais donnée à vérifier), que l'IG des bananes plantain soit moins élevé que celui des bananes-fruits (bon à savoir quand on est sujet aux hypoglycémies).
Version rhubarbe (oui oui, avec de la rhubarbe CRUE), saupoudrée de graines de sésame noir
Bref, en voyant mes bananes plantain mûres je me suis dit : puisque la texture est la même que les autres bananes, pourquoi ne pas essayer de les transformer en glace?
Bingo : comme la chair est un peu plus dense, la texture obtenue l'est un poil plus. Pour l'alléger un peu, et/ou pour atténuer le goût de la banane qui reste tout de même présent, m'inspirant d'Hélène, j'aime faire un mix rondelles de banane et rondelles de courgettes congelées.
Je vous livre donc ma base, à décliner selon les envies, des plus raisonnables (framboises)...au plus décadentes (beurre de cacahuète éclats de brownies). Comme la base est des plus saines, on peut se permettre de se lâcher un peu sur la garniture et les "toppings": ajouter des morceaux de cookies, des éclats de noisettes, parsemer de granola, asperger de sauce au chocolat... Ben et Jerry ont du souci à se faire!
Version praliné avec 1 belle c. à c. de purée de noisettes, surmontée de noisettes concassées et de granola
L'avantage de faire sa glace maison, c'est qu'on peut se montrer créatif sur les parfums et tester des associations plus ou moins farfelues : du classique rhum-raisins au plus original citron-thé matcha en passant par framboises-cardamome ou chocolat-fleur d'oranger. C'est le moment de jouer avec les eaux florales, les huiles essentielles et les épices !


Pour une personne :
  • 1/2 banane plantain bien mûre (à défaut, 1 banane fruit)
  • 1/4 de courgette
  •  garniture au choix (1 poignée de fruits, 1 c. à c. de purée d'oléagineux, ....)

Au minimum deux heures avant de préparer la glace, couper la banane et la courgette en rondelles. Si vous envisagez d'utiliser des fruits, les couper aussi en petits morceaux.
Placer le tout au congélateur, jusqu'à ce que les morceaux soient bien congelés.
Au moment de servir, mixer ensemble la banane et la courgette ainsi que les fruits congelés jusqu'à obtenir une texture bien lisse. Si vous mettez des épices ou de la purée d'oléagineux, ajouter à ce moment-là. Pour faciliter le mixage, on peut ajouter un tout petit peu d'eau ou de lait végétal (ou d'eau florale).
Si vous mettez une garniture, mélanger à ce moment puis rassembler la glace à la cuillère, mettre dans l'assiette/bol/cornet, parsemer de fruits secs concassés, de muesli et asperger de coulis....Servir immédiatement, éventuellement dans un cornet maison.


Quelques idées au passage
La version classique : avec des fruits rouges (fraises, framboises, myrtilles)
La version décadente : avec 1 c.à c. bombée de purée de cacahuète
La version chocolatée : avec 1 (très) belle c. à c. de cacao en poudre + des petits morceaux de chocolat pour les plus gourmands
La version green smothie : avec un peu de menthe, 1 poignée de pousses d'épinards et 1 kiwi
La version pain d'épices : avec 1 c. à c. d'épices à pain d'épices (ou un mélange de cannelle, muscade, anis, ...) + des miettes de pain d'épices
La version rhum raisins : avec 1 pointe de couteau de vanille en poudre, 1 peu de rhum + des raisins secs
La version "Marzipan" : avec quelques gouttes d'arôme d'amandes amères + quelques éclats d'amande

Note : Si vous n'aimez VRAIMENT pas la banane, vous pouvez tester, sur le même principe une base à l'avocat (là encore, on pourra l'alléger avec de la courgette), mais le coté "green monster" risque de rebuter certains...
ou encore tout simplement squizer la banane et mettre simplement des fruits congelés avec un peu de crème ou lait végétal, mais à ce moment-là, la texture sera moins onctueuse, tendant plus vers le sorbet que la crème glacée (ce qui est très bon aussi, comme ici)


Rendez-vous sur Hellocoton !